Photo-reportage no 466 La nation canadienne a son Temple de la pensée

Photographes
Gaston Lapointe
Auteur
Office national du film du Canada
Date de diffusion
avril 13, 1968
Collection
Fonds du MCPC
Référence de source

Fonds du Musée canadien de la photographie contemporaine, Musée des beaux-arts du Canada Bibliothèque et Archives

Texte principal

Le monde dans lequel nous vivons a tendance à faire, des valeurs matérielles, un dieu. Une chose demeure pourtant certaine, elles ne pourront jamais remplacer celles de l’esprit. Les temps nous l'enseignent: les grandes nations qui ont laissé leur nom dans l'histoire le doivent à leurs efforts accomplis dans les domaines de l'esprit du savoir, de la pensée. Leurs réussites matérielles ont été une suite logique à un tel état de choses. Cent ans dans la vie d'une nation n'est qu'un départ. Aussi est-il normal que le Canada ait pris ce laps de temps avant d'asseoir les bases de son Temple littéraire, avant de réunir en un seul édifice les richesses de ses penseurs, de ses écrivains, de ses artistes, de ses cartographes, autant de valeurs qui sont un héritage national au service de la population canadienne et de l'étranger. C'est donc avec fierté que le Canada possède maintenant, rue Wellington, à Ottawa, son édifice de la Bibliothèque nationale et des Archives. Certains diront que l'architecture manque extérieurement de grâce, d'élégance. On aura peut-être raison si l'on se limite à des considérations d'ordre extérieur. Cependant, ces critiques se transforment vite en éloges lorsqu'une visite détaillée à l'intérieur prouve au visiteur combien est fonctionnelle cette organisation où quelques centaines d'employés prennent un soin jaloux d'un demi-million de volumes sans compter les trésors que contiennent les tablettes et les tiroirs du secteur Archives. La nouvelle Bibliothèque nationale du Canada fait taire une fois pour toutes cette idée fixe qui voulait qu'un tel endroit soit d'un aspect ennuyant pour ne pas dire funéraire. Le nouvel édifice est bien éclairé, gai, possède un personnel qualifié parsemé de jeunesses nombreuses et désireuses de grandir dans le domaine bibliothéconomique. Alfred Pellan, Charles Comfort et John Hutton ont superbement décoré les lieux.